Papageno au 13è congrès de l’Encéphale

Le 13è congrès de l’Encéphale fut l’occasion de présenter, à plus de 300 participants, les travaux menés dans le cadre du programme Papageno.


 

Prévention du suicide : peut-on faire du journaliste un acteur de santé publique ?
Président : Pierre Thomas (Lille, France)

La communication menée autour du suicide de l’acteur Robin Williams a réactualisé la mise en tension de différentes perspectives sur le traitement médiatique du suicide. En effet, deux effets contraires engagent le journaliste dans un véritable rôle de santé publique : l’effet Werther, par lequel un traitement médiatique peu précautionneux peut conduire à des passages à l’acte par imitation, et l’effet Papageno qui désigne le rôle préventif d’un travail journalistique attentif et responsable. En conséquence de quoi, de nombreuses recommandations à destination des professionnels des médias (dont celles éditées par l’Organisation Mondiale de la Santé – OMS) sont parues à travers le monde.

Leur efficacité semble cependant largement dépendre des conditions dans lesquelles ces guides ont été implémentés et diffusés. Ce constat peut être éclairé si l’on considère que les journalistes, mus par leurs propres contraintes et missions, risquent de percevoir ces guides comme autant d’atteintes à leur indépendance. Il y aurait donc davantage à les sensibiliser à l’ampleur des faits suicidaires et à la gravité de leurs conséquences, afin de leur permettre de se saisir d’une responsabilité que l’effet Werther et l’effet Papageno leur donnent de facto. C’est l’objectif que se donne le programme Papageno, programme national porté par le Groupement d’Étude et de Prévention du Suicide, la Fédération Régionale de Recherche en Santé Mentale Nord – Pas-de-Calais et l’Association lilloise de l’internat et du post-internat en psychiatrie, sous l’égide de la Direction Générale de la Santé.

Ce symposium visait à dégager les enjeux, les limites et les pistes d’un travail de collaboration avec les journalistes en matière de prévention du suicide. L’état des connaissances actuelles concernant l’effet Werther et l’effet Papageno fut abordé, l’occasion de se remémorer le contenu des recommandations de l’OMS. Nous avons envisagé ensuite les aspects déontologiques et pratiques sous-jacents au fait que les recommandations ne suffisent pas en soi à solliciter les journalistes pour la prévention du suicide. Les limites et les conditions d’un travail de collaborations furent explorées.

Enfin, nous avons présenté le programme Papageno comme une réponse prometteuse à ces considérations.


Werther et Papageno comme cibles potentielles pour la prévention du suicide : état des connaissances
Michel Walter (Brest, France)

De Werther à Papageno : ce qu’il faudrait faire
Guillaume Vaiva (Lille, France)

De Werther à Papageno : des objectifs à la réalité des médias
Nathalie Pauwels (Lille, France)

Une piste prometteuse : le programme Papageno pour la formation entre pairs dans les écoles de journalisme
Charles-Edouard Notredame (Lille, France)