Pourquoi changer de logo ?

Pourquoi changer de logo ?

A la création du programme en 2015, nos efforts de prévention se sont concentrés sur la collaboration avec les médias afin de promouvoir un travail collaboratif entre journalistes et professionnels de la prévention en vue de limiter l’effet Werther (effet de contagion lié à un traitement médiatique du suicide à risque) et de promouvoir l’effet Papageno (effet de prévention lié à un traitement médiatique responsable du suicide). La plume de notre première identité visuelle figurait ce travail de collaboration.

Depuis, les sollicitations, les besoins, les potentiels ont été tels que nous ne pouvions pas ne pas envisager un engagement plus ambitieux. Celui de la prévention de la contagion suicidaire au sens large ; médias certes mais aussi réseaux sociaux, institutions, hot-spots…

En plus de réduire le surcroit de mortalité lié à la contagion, il s’agit également de lever les obstacles qui limitent l’accès des personnes en souffrance aux soins et de promouvoir l’entraide.

Dans notre nouveau logo, le point-virgule est un contre-point au point final que le suicide impose à la vie. Il est un temps de suspens qui se refuse à l’inéluctable, à l’implacable, au définitif.

Dans un premier temps, le point-virgule accuse le silence, marque le recueil face au suicide. Mais aussitôt, le point-virgule se fait réouverture, à la fois continuation et recommencement, récupération et projection. Il est le rappel muet qu’après le suicide, l’histoire n’est pas terminée pour ceux qui restent.

Le point-virgule est aussi le signe de la liaison qui rompt l’isolement, celui d’une altérité qui s’articule. Le point-virgule figure la recharge de sens d’un proche qui se préoccupe. Il symbolise les perspectives nouvelles qui s’ouvrent lorsque l’on rencontre un professionnel du soin.