En complément des recommandations aux médias traditionnels, il importe d’éviter la mise en exergue d’un suicide sur internet (réseaux sociaux, sites web, blogs…). Les vidéos ou les bandes-son (par exemple les appels d’urgence) ou la mise en ligne du lieu d’un suicide ne devraient pas être diffusées, en particulier si l’emplacement ou la méthode utilisée sont clairement explicites. En outre, une grande prudence est requise lors de l’utilisation des photos de la personne qui est décédée par suicide. Les moteurs de recherche optimisent en permanence leurs efforts de référencement ; la titraille devrait donc faire l’objet d’une attention particulière.

Comme dans le cas des médias traditionnels, la data visualisation doit soigneusement se référer à des données validées afin d’éviter toute exagération ou sensationnalisation des statistiques sur le suicide.

 

%d blogueurs aiment cette page :