De Werther à Papageno

Médiatiser un suicide n’est, en effet, pas sans conséquence. Deux phénomènes antagonistes, maintenant bien connus et établis, en témoignent.

L’effet Werther, ou effet de contagion, est le phénomène par lequel la médiatisation inappropriée d’un événement suicidaire (description précise des moyens létaux, sensationnalisation ou au contraire rationalisation…) est susceptible d’inciter au passage à l’acte, par « imitation », chez des personnes vulnérables.

Au contraire, l’effet Papageno prédit que certaines précautions simples dans la façon de relayer un suicide (présenter des voies de recours, faire preuve d’égards vis à vis de la mémoire du défunt et de sa famille…) permettent un effet protecteur vis à vis du risque suicidaire en population générale.


Dans l’optique d’une réduction de l’effet Werther et d’une promotion de l’effet Papageno, le programme Papageno coordonne plusieurs actions synergiques :

  • Des rencontres-formations visant à sensibiliser les journalistes et futurs journalistes  à l’importance de leur responsabilité en ce qui concerne le traitement médiatique du suicide et à l’importance des recommandations en la matière. Elles sont animées par des internes en psychiatrie sous le regard expert de professionnels de la psychiatrie et du journalisme
  • Des mesures visant à informer les journalistes et futurs journalistes sur les recommandations en matière de traitement médiatique du suicide : diffusion des recommandations issues de l’Organisation mondiale de la santé en la matière
  • Une communication soutenue autour du programme, permettant d’étendre l’objectif de sensibilisation aux journalistes déjà détenteurs de la carte de presse
  • Le développement de réseaux qui feront le support des collaborations actuelles et futures dans la prévention du suicide

Au-delà d’une formation, c’est donc une véritable culture qui pourra se partager :

  • Pour les journalistes, celle de la vigilance et de la précaution pour traiter un phénomène suicidaire, de l’attention aux informations et formations susceptibles de les y aider, du recours aux ressources documentaires et aux professionnels de santé qu’ils pourront compter dans leur réseau.
  • Pour les psychiatres, celle de l’ouverture, de la lisibilité, de la communication et de la collaboration pour accompagner les journalistes dans leur contribution à l’action de prévention du suicide.

Le programme Papageno portera sur l’ensemble des écoles de journalisme reconnues en France et se déploiera sur une durée de 3 ans.


Programme Papageno [Geps, F2RSM Nord – Pas-de-Calais, ALI2P et DGS]