Histoires de vie

En partageant ces fragments de vie, notre intention est d'offrir des témoignages sur la réalité de la souffrance psychique mais aussi sur l'entraide et les recours possibles.

Ces ressources narratives sont des contributions personnelles. Pour celles et ceux qui sont également concerné.e.s, c'est une opportunité de prendre connaissance de vécus différents certes, mais similaires par bien des aspects.

Elles peuvent aider les journalistes, les auteurs de fiction, les professionnels à mieux comprendre le vécu des troubles de santé mentale.


Aujourd'hui, non seulement, je me sens mieux, la dépression est loin de moi, mais j'ai trouvé un sens à ma vie, j'ai trouvé ma place, je me sens vivante.
L'histoire de Serenity
Après une énorme crise de boulimie, j'ai voulu m'enlever la vie, encore une fois. Mais j'ai parlé à un ami. Il m'a incité à aller consulter ce soir-là. Je l'ai fait. Il m'a sauvé la vie.
L'histoire de Mickaël
10 ans plus tard, alors que je vous écris, je remercie mes amies qui ne m’ont pas lâchée.
L'histoire de Sasha
Trouble alimentaire, trouble anxio-généralisé, labilité émotionnelle et l’attachement affectif seront autant de démons contre lesquels je me battrais et contre lesquels je me bats toujours.
L'histoire de Sarah
Je souffre d’un trouble bipolaire qui est aujourd’hui en cours de stabilisation. Je suis très heureuse d’être passée à côté de la mort.
L'histoire de Pénélope
Aujourd’hui je suis de retour chez moi après 2 mois et demi de clinique, un traitement stabilisé, une humeur bien plus stable mais toujours un peu joueuse et enfin une hygiène de vie beaucoup plus saine.
L'histoire de Lilian
Merci le 3114. Grâce à vous, je suis encore en vie ce jour. Merci de votre écoute, patience, professionnalisme.
Christine

Vous aussi partagez votre histoire

Une étude scientifique menée par Niederkrotenthaler et son équipe (1) abonde dans le sens d'un impact préventif de certains articles : ceux où l'accent est mis sur les mécanismes d'adaptation positive en cas de crise suicidaire. Ils sont associés à une diminution du taux de suicide dans la zone géographique où la couverture médiatique atteint une grande partie de la population. Ce potentiel de protection des médias a été baptisé effet Papageno. Suite à cette première étude, d'autres études ont identifié un effet protecteur des messages médiatiques tels que la capacité que peut avoir une personne à affronter une situation de crise grâce à des aides. C'est la raison pour laquelle nous partageons ces témoignages personnels.

Une étude récente a même validé le rôle important joué par les célébrités dans la prévention du suicide lorsqu'elles communiquent sur les situations de crise et les idées suicidaires qu’elles ont vécues. En décembre 2021, Niederkrotenthaler et son équipe (2) rapportent qu'après la sortie, en avril 2017, de la chanson du rappeur américain Logic, 1-800-273-8255 (qui correspond au numéro de téléphone du Centre national américain de prévention des suicides), on a constaté une réduction de 5,5 % dans le nombre de suicides et une augmentation de 50 % des nouveaux appels à ce même numéro aux États-Unis.

(1) : Niederkrotenthaler T, Voracek M, Herberth A, Till B, Strauss M, Etzersdorfer E et al. Rôle des reportages des médias dans les suicides accomplis et prévenus – Werther c. Effets Papageno. Frère J Psychiatrie. 2010;197:234-43.
(2) : Niederkrotenthaler T and al. Association of Logic’s hip hop song “1-800-273-8255” with Lifeline calls and suicides in the United States: interrupted time series analysis. BMJ 2021;375:e067726.